CH DE DAX : le milieu de la santé mobilisé et et soudé après la cyberattaque


12 février 2021

Ce jeudi 11 février, à 17h, le CH de Dax a tenu une conférence de presse, en présence notamment de Lionel Causse, député, et de Julien Dubois, Maire de la Ville, suite à la cyberattaque dont l'hôpital a été victime, mardi dernier. Nous y étions.

Dans la nuit du 8 au 9 février dernier, le centre hospitalier de la cité thermale a été victime d'un piratage informatique sans précédent. Après la stupeur et la réorganisation dans l'urgence, l'établissement public de santé a convié la presse à une conférence, dans le but de faire un point sur la situation et d'exposer les faits qui se sont déroulés, ainsi que les objectifs pour les prochains jours.

Devant micros et caméras, c'est Michel Glanes, directeur par interim de l'établissement, et directeur du centre hospitalier de Bayonne, qui a pris la parole en premier, pour saluer et remercier chaleureusement toutes les équipes de santé pour leur "exceptionnelle réactivité". Il a également indiqué que, malgré la situation difficile, qui devrait encore durer plusieurs jours au minimum - le responsable du système d'information du CH Gilbert Martin a d'ailleurs refusé de s'engager sur un calendrier précis -, l'activité reprenait progressivement au sein de l'établissement. 

Cette situation sans précédent, qui a touché l'intégralité du système informatique, qu'il s'agisse du secteur administratif ou médical, fait actuellement l'objet d'une démarche d'investigation exceptionnelle, en collaboration avec l'Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes Informatiques (ANSSI). Un prestataire professionnel, Orange Cyberdéfense, est également démarché afin de poser un diagnostic.

Un service ralenti mais des solutions pour tous

Benjamin Blanc, docteur chirurgien et président de la Commission Médicale d'Etablissement (CME) a également pris la parole afin d'exposer la situation à laquelle font face les différents services de l'établissement. En premier lieu, ce dernier a tenu à confirmer la poursuite des soins donnés en unité COVID, qu'il s'agisse des hospitalisations ou du service réanimation, tout comme les hospitalisations conventionnelles. Parmi les secteurs les plus impactés, sans surprise, les opérations en bloc opératoires, tout comme la radiothérapie, étant donné que ces techniques reposent sur des machines informatiques. Cependant, les soins les plus urgents sont maintenus et les patients sont reportés sur d'autres sites. Concrètement, sur la journée de jeudi, concernant la radiothérapie, ce transfert représente 70 patients, répartis au sein des CHU de Bordeaux, Bayonne et Pau. 

Egalement présent, Benoît Elleboode, directeur régional de l'ARS, a confirmé cette redirection de certains patients vers d'autres centres hsopitaliers de la région. "Concernant les patients, il n'y a aucune perte de chance". Les nouvelles urgences sont pour la plupart transférées "grâce à la solidarité spontanée des établissements de proximité". Il a également annoncé la mise en place d'une cellule régionale concernant la radiothérapie, à savoir des doubles-gardes de médecins dans le but d'éviter une affluence massive aux urgences de Dax dans les prochains jours, étant donné que les délais d'attente concernant les résultats d'examens sont plus longs.

La demande de rançon confirmée mais refusée par l'établissement

Par ailleurs, B. Elleboode a confirmé qu'une rançon avec monnaie virtuelle avait été demandée. C'est ce que l'on appelle un rançongiciel, à savoir un logiciel malveillant, ici français, qui prend en otage les données de l'entreprise, dans le but d'extorquer une somme virtuelle.

Comme le précise Gilbert Martin, l'établissement n'a, à l'heure actuelle, aucune certitude qu'il n'y ait pas de nouvelle attaque. Cependant, l'ensemble de la téléphonie a été remise en service, tout comme les sterilisations, grâce à la mise en place de systèmes indépendants et autonomes, à l'instar de Siemens concernant le service scanner. 

Pour le reste, la priorité, d'après Martin, c'est de connaître l'origine du problème avant de remettre en route le reste des secteurs. Pour ce faire, une plainte a été déposée auprès de la Police Judiciaire, et des contacts ont ainsi été établis avec le Ministère de l'Intérieur afin d'expertiser la gravité de la situation.

En attendant, le CH de Dax souhaite faire passer un message à la population et aux patients ayant des rendez-vous prévus dans les prochains jours et les prochaines semaines. En effet, ces derniers sont appelés à se manifester, dans le but de reconstruire les emplois du temps, devenus indisponibles à cause de la cyberattaque, comme le précise Aline Gilet-Caubère, directrice adjointe. Le plus simple, étant donné que les lignes téléphoniques sont rétablies, est de contacter l'établissement de santé par téléphone, au 05.58.91.48.48, ou de se rendre directement à l'accueil de l'hopîtal. 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article